• 140 ans de la Commune de Paris, une source à toutes les révolutions.

    Un anniversaire pour les démocraties naissantes sur les rives du Sud : LE PRINTEMPS ARABE.

    Par N.E. Tatem avec ARGOTHEME Site de ARGOTHEME.        

    Cet article a été publié par POPULISCOOP POPULISCOOP -scoop populaire- Ecrire et publier un article. -Scoop Populaire 

    Indiscutablement, parler de l’épopée de « La commune de Paris » à l’heure des subversions pour la démocratie en cette époque qualifiée de « printemps arabe », il y a intérêt quelconque. Celui de (et pour) se remémorer, de ces émeutes révolutionnaires, il y a de probantes similitudes et singularités.

    Le mouvement populaire de jadis qui remet en cause des régimes végétant sans la confiance des sujets administrés, a les mêmes particularités que celles vécues par les pays arabes.

    La doctrine qu’on reconnaît est : un pays, renfermant les libertés, a plus de chances de prendre en charge son destin. Elle vérifie, sans les paradoxes libéraux, que quand il en est dépourvu, les peuples en ont marre et se révoltent. Face audespotisme des dirigeants arabesqui sont réellement de criards défaitistes, quand même la justesse des causes qu’ils sont censés défendre au nom de ceux qu’ils gouvernent.

    La geste historique dite de la Commune de 1871 réveille positivement son témoignage, avec ses 140 années. Elle soulève la même idée citoyenne d’abord. Puis les émeutes qui l’ont jalonné sont identiques à celles qui se manifestent maintenant, avec la revendication essentielle qu’on perçoit de la rive sud du bassin méditerranéen.

    Hymne à l’égalité, le fait est mémorable pour la symbolique de sa désignation, liée aux affaires de la cité « Commune de Paris », n’est pas anodin. Il a duré du 18 mars au 28 mai 1871. Et est présenté aussi pour l’humanité comme une référence incontournable dans l’interprétation et l’exercice de la démocratie.

    Son accomplissement par la révolte de citoyens désarmés et contestant les forces étatiques, rappelle tous les évènements récents déclenchés depuis la Révolution des Jasmins. Les faits de « La Commune » furent une révolution qu’un peuple a porté jusqu’à créer sa propre administration, instaurant sa volonté et de la manière la plus participative. Ce que recherchent exactement les peuples arabes…

    Cette expérience du « peuple qui dirige » n’a pas longtemps duré, un feu de paille... Elle est pourtant gravée dans les annales et chroniques de l’Histoire humaine, notamment d’avoir été l’acte précurseur des révolutions du 20ème siècle. Puis le revers d’une victoire de l’ennemi s’est couronné d’un bain de sang, un vrai génocide nommé «  la semaine sanglante ». Tel le massacre qu’effectue Kadhafi ou bien le syrien Bashar Al-Assad.

    Ce fut surtout, et sans autre interprétation, une révolte armée des ouvriers de Paris. Tous les révolutionnaires s’accordent à la considérer comme un repère, une méthode vivante et un principe valeureux, dans leurs pratiques subversives. Lénine la citait ainsi : « la source du pouvoir n’est plus dans des lois préparées par un Parlement, « mais dans l’initiative venant d’en bas », des masses populaires. »

    Si la capitale française garde l’appellation et le symbole à son compte, tel récemment pour place Tahrir en Egypte qui est bien désignée à comparaison, d’autres villes françaises(Marseille, Lyon, Saint-Étienne, Narbonne, Toulouse, Le Creusot, Limoges) ont connu les mêmes soulèvements. Les populations de toutes ces agglomérations ont donné à leurs localités la gestion directe du peuple.

    Karl Marx d’abord opposé à une lutte armée des ouvriers opta par la suite à la soutenir, disait « c’est la première insurrection prolétarienne autonome. » Elle avait introduit le régime républicain et la démocratie qui n’avaient pas fonctionné auparavant. Le régime français, très versatile, de l’époque de 1804 à 1871, la France a vécu principalement sous des régimes monarchiques plus ou moins autoritaires : (Premier Empire, Restauration, Monarchie de Juillet, Second Empire), le régime républicain et la démocratie n’avaient fonctionné que très peu d’années.

    Grâce à cet acte révolutionnaire collectif, qu’aussi Mao Zedong et Fidel Castroont suivi : de remettre au peuple l’initiative. Une page nouvelle a présidé la destinée de la France ! En restant un exemple pour toutes les révolutions qui se disent...


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :